Élection présidentielle philippine de 2022 — Wikipédia

Élection présidentielle philippine de 2022
Bongbong Marcos.jpg Ferdinand Marcos Jr. – PFP
58,11 %
Leni Robredo Portrait.png Leni Robredo – LP
30,80 %
Président des Philippines
Sortant Élu
Rodrigo Duterte
PDP Laban
Ferdinand Marcos Jr.
PFP

L'élection présidentielle philippine de 2022 a lieu le afin d'élire le nouveau président de la République et son vice-président pour un mandat de six ans. Les deux postes sont pourvus lors d'élections séparées, ce qui rend possible une cohabitation entre deux élus de partis différents.

Le président sortant Rodrigo Duterte est inéligible à sa succession, la constitution interdisant d'effectuer plus d'un mandat.

Ferdinand Marcos Junior, surnommé "Bong Bong Marcos" (BBM) et fils de l'ex-dictateur Ferdinand Marcos remporte la présidence avec une large majorité des voix, tandis que la fille du président sortant, Sara Duterte, remporte la vice présidence avec une avance similaire.

Contexte[modifier | modifier le code]

Rodrigo Duterte et Leni Robredo prêtant serment en 2016.

L'élection présidentielle de mai 2016 voit la victoire de Rodrigo Duterte, du parti PDP-Laban. Son colistier Alan Peter Cayetano échoue quant à lui à décrocher la vice-présidence, qui est remportée par la candidate du Parti libéral, Leni Robredo.

Dès 2020, et alors que le conflit en mer de Chine méridionale ne semble pas ralentir, des voix s’élèvent au sujet d'une possible ingérence de la Chine durant l’élection[1],[2].

Le système de décompte des voix se retrouve sur le devant de la scène lorsque la sénatrice Imee Marcos, sœur du candidat à la vice présidence en 2016, Bongbong Marcos, propose de le réformer. Celui-ci a été automatisé en 2010 afin de réduire les fraudes, mais la sénatrice propose un système hybride manuel-automatique, argumentant que le décompte des voix se doit d’être public. La COMELEC de son côté affirme que les machines de votes déployées sous son autorité par son partenaire Smartmatic sont fiables jusqu'à 99,99 %[3]. Les élections philippines étaient, jusqu'en 2010 et l’élection de Benigno Aquino III, notoirement sujettes à la fraude sous le schéma dagdag-bawas qui consistait en un transfert illégal de voix d'un candidat à un autre[4].

Le système politique philippin n'est que peu démocratique. « Il s’agit d’un système féodal où les candidats sont des vedettes de cinéma ou de télévision, des artistes ou des sportifs issus de dynasties politiques enracinées dans différentes régions du pays », indique David Camroux du Centre de recherches internationales (Ceri). Les deux tiers des députés et sénateurs sont issus de dynasties politiques[5].

En tête des sondages, la fille de Rodrigo Duterte et maire de Davao, Sara Duterte, décline initialement toute candidature, et ce même après le retrait de la course à la vice-présidence de son père, annonçant préférer se consacrer à son mandat municipal[6]. Elle annonce finalement sa candidature à la vice-présidence le 13 novembre, deux jours avant la date-butoir, sous l'étiquette du Lakas-CMD. Elle devient la colistière de Ferdinand « Bongbong » Marcos, favori des sondages[7] ;

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le président des Philippines est élu au scrutin uninominal majoritaire à un tour pour un mandat de six ans non renouvelable. Les candidats à la présidence se présentent en parallèle de leur colistiers candidats à la vice-présidence[8]. En cas de décès, de destitution ou d'incapacité permanente du président, le vice-président termine son mandat. Si la durée de ce remplacement est supérieure à quatre ans, le vice président est soumis à la même interdiction de réélection[8].

Les élections présidentielle et vice-présidentielle philippines ont pour particularité d'être organisées le même jour mais sur des bulletins séparés, permettant ainsi aux électeurs de voter pour un président tout en votant pour un vice-président qui ne soit pas nécessairement son colistier. Les deux élus peuvent par conséquent être de bords politiques différents. Lors du scrutin de 2016 la candidate du Parti libéral Leni Robredo, colistière du candidat arrivé second à la présidentielle Mar Roxas, l'emporte ainsi d'une courte avance de 0,61 % des suffrages — la plus faible depuis l'élection de 1965 — sur Bongbong Marcos, membre du Parti nationaliste, tandis que le colistier de Rodrigo Duterte, Alan Peter Cayetano, arrive troisième.

Les candidats à l'élection doivent être citoyens des Philippines depuis leur naissance, résider sur l'archipel depuis au moins dix ans au moment de l’élection, être âgés de quarante ans ou plus, être inscrits sur les listes électorales, et être capables de lire et écrire[8]. Les élections ont lieu sous la supervision de la Commission des élections des Philippines (COMELEC).

Candidats[modifier | modifier le code]

Candidats officiels[modifier | modifier le code]

La liste officielle des candidats est publiée le par la commission électorale[9]. Elle comprend dix noms :

Candidats à la présidence Candidats à la vice-présidence
Photo Nom Parti Notes Photo Nom Parti Notes
Ernesto Abella - 2016 (cropped).jpg
Ernesto Abella Indépendant Homme d'affaires et évangéliste

Porte-parole du président Duterte (2016-2017)

Pas de colistier
NorbertoGonzales.jpg
Norberto Gonzales PDSP Pas de colistier
PiliPinas Debates 2022 - 1st Presidential Debates - Leody de Guzman (cropped).jpg
Leody de Guzman PLM Syndicaliste et activiste
Walden.jpg
Walden Bello
Sen. Panfilo M. Lacson cropped.jpg
Panfilo Lacson (en) Partido Reporma (en) Premier candidat déclaré
Sen. Pres Vicente Sotto (cropped2).jpg
Vicente "Tito" Sotto III [10] Coalition du peuple nationaliste président du Sénat
PiliPinas Debates 2022 - 1st Presidential Debates - Faisal Mangondato (cropped).jpg
Faisal Mangondato Katipunan Entrepreneur Carlos Serapio Katipunan
Bongbong Marcos.jpg
Ferdinand « Bongbong » Marcos[11] Partido Federal ng Pilipinas (en) Fils de Ferdinand Marcos
Sara Duterte-Carpio in June 2019 (cropped).jpg
Sara Duterte Lakas Maire de Davao City
PiliPinas Debates 2022 - 1st Presidential Debates - Jose Montemayor (cropped).jpg
Jose Montemayor Jr DPP Avocat
Rizalito-david-comelec-debate.jpg
Rizalito David DPP
IskoMorenoOfficialPortrait.jpg
Francisco « Isko » Moreno (en) Aksyon Demokratiko Maire de Manille
Willie Ong, 2018.jpg
Willie Ong (en)[12] Aksyon Demokratiko
Pacquiao and Didal (cropped).jpg
Manny Pacquiao[13] PROMDI (en) Sénateur et boxeur
Rep. Lito Atienza, Jr (18th Congress PH).jpg
Lito Atienza (en) PROMDI (en)
Leni Robredo Portrait.png
Leni Robredo[14] Indépendant Vice-présidente des Philippines
Senkikopangilinan.jpg
Francis Pangilinan (en), alias "Kiko" Parti libéral Sénateur et président du parti
Pas de colistier
Manny-sd-lopez-comelec-debate.jpg
Manny SD Lopez WPP

Retraits[modifier | modifier le code]

Parmi les candidats déclarés s'étant finalement retirés figurent[15],[16],[17], les sénateurs Ronald dela Rosa (en) (présidence) et Bong Go (en) (vice-présidence), sous l'étiquette du PDP-Laban[18]. Le président Duterte, initialement désigné comme candidat du parti à la vice-présidence accompagnant Go[19], se retire début octobre 2021[20]. Dela Rosa se retire finalement le 13 novembre[21], tandis que Go se déclare candidat à la présidence, remplaçant pour des raisons légales le candidat d'un autre parti[22] ;

Sondages[modifier | modifier le code]

Présidence[modifier | modifier le code]

Opinion polls for Philippine presidential election 2022.svg

Vice-présidence[modifier | modifier le code]

Opinion polls for Philippine vice presidential election 2022.svg

Résultats[modifier | modifier le code]

Présidence[modifier | modifier le code]

Résultats préliminaires de l'élection à la présidence[23]
Candidats Partis Voix %
Ferdinand Marcos Jr. PFP 58,11
Leni Robredo LP[a] 30,80
Isko Moreno Aksyon 4,19
Manny Pacquiao PROMDI 3,96
Panfilo Lacson Indépendant 2,37
Leody de Guzman PLM 0,18
Norberto Gonzales PDSP 0,11
Ernesto Abella Indépendant 0,11
Jose Montemayor DPP 0,10
Faisal Mangondato KTPNAN 0,08
Votes valides
Votes blancs et nuls
Total 100
Abstention
Inscrits / participation 67 442 714

Vice-présidence[modifier | modifier le code]

Résultats préliminaires de l'élection à la vice-présidence[23]
Candidats Partis Voix %
Sara Duterte Lakas-CMD 57,41
Francis Pangilinan LP 20,59
Tito Sotto NCP 15,80
Willie Ong Aksyon 5,42
Lito Atienza PROMDI 0,32
Walden Bello PLM 0,15
Manny SD Lopez WPP 0,15
Carlos Serapio KTPNAN 0,10
Rizalito David DPP 0,06
Votes valides
Votes blancs et nuls
Total 100
Abstention
Inscrits / participation 67 442 714

Analyse[modifier | modifier le code]

Le fils de l'ex-dictateur Ferdinand Marcos, Ferdinand Marcos Junior — surnommé "Bong Bong Marcos" (BBM) — remporte la présidentielle, tandis que la vice présidence est remportée par Sara Duterte, la fille de Rodrigo Duterte. Bien que de partis différents, tout deux réunissent chacun près de 60 % des suffrages exprimés, loin devant les candidats arrivés seconds[24],[25],[26]. Leur investiture a lieu le 30 juin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Membre du Parti libéral, elle dépose sa candidature en tant qu'indépendante

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) ABS-CBN News, « China troll army, massive funds could influence 2022 polls: ex-Justice Carpio », sur ABS-CBN News (consulté le )
  2. (en) J. C. Gotinga, « Experts warn of China-backed candidates in 2022 PH elections », sur Rappler (consulté le )
  3. (en) « Imee Marcos wants manual vote counting at poll precincts, sponsors hybrid elections bill », sur Rappler (consulté le )
  4. « dagdag-bawas - Wiktionary », sur en.wiktionary.org (consulté le )
  5. « Aux Philippines, le clan Marcos en marche vers le pouvoir », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  6. Sara Duterte again rejects calls to run for president in 2022, Manila Times, 7 octobre 2021.
  7. La fille de Duterte brigue la vice-présidence, lapresse.ca avec AFP, 13 novembre 2021.
  8. a b et c (en) Joselito Guianan Chan, Managing Partner, Chan Robles and Associates Law Firm, « 1987 Constitution of The Philippines - Chan Robles Virtual Law Library », sur www.chanrobles.com (consulté le ).
  9. (en) Dwight De Leon, « It’s final: 10 names on the 2022 ballot for president, 9 for VP », sur rappler.com,
  10. (en-US) « FAST FACTS: 2022 presidential nominee Ping Lacson, vice presidential nominee Tito Sotto », sur RAPPLER, (consulté le )
  11. (en-US) « Dictator's son Bongbong Marcos to run for president in 2022 », sur RAPPLER, (consulté le )
  12. (en-US) « Isko Moreno to run for president in 2022 », sur RAPPLER, (consulté le )
  13. (en-US) « Manny Pacquiao to run for president in 2022 », sur RAPPLER, (consulté le )
  14. « Présidentielle aux Philippines : la principale opposante Leni Robredo candidate », sur France 24, (consulté le )
  15. (en) « Philippine presidential election: who’s running, who’s favourite and what’s their China policy? », sur South China Morning Post (consulté le )
  16. (en) « A dictator's son. A former actor. A champion boxer. Inside the manic race to replace Duterte as the Philippines' leader », sur CNN (consulté le )
  17. (en) « Race to replace Duterte as president of Philippines shapes into wild contest of personalities », sur The Washington Post (consulté le )
  18. (en) « Bato Dela Rosa to run for president in 2022 », sur CNN Philippines (consulté le ).
  19. « Philippines. Rodrigo Duterte candidat à la vice-présidence en 2022 », sur Courrier international, (consulté le )
  20. « Philippines : le président Rodrigo Duterte veut se retirer de la politique », sur france 24,
  21. « Bato to withdraw COC for president in Eleksyon 2022 », sur GMA News Online (consulté le )
  22. « Bong Gago backs out of VP race, runs for president instead », sur Rappler (consulté le )
  23. a et b « Résultats préliminaires ».
  24. « Aux Philippines, le retour de la famille Marcos, trente-six ans après la chute de la dictature », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  25. « Philippines : Ferdinand Marcos Jr revendique la victoire à la présidentielle » Accès libre, sur LEFIGARO, (consulté le )
  26. AFP, « Philippines: victoire écrasante de Marcos Junior à la présidentielle », sur Le Journal de Québec (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]