Ferdinand Marcos Jr. — Wikipédia

Ferdinand Marcos Jr.
Illustration.
Bongbong Marcos en 2012.
Fonctions
Président des Philippines
(élu)
En attente d'investiture –
Élection 9 mai 2022
Vice-président Sara Duterte
Prédécesseur Rodrigo Duterte
Biographie
Nom de naissance Ferdinand Romualdez Marcos Jr.
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Manille
Parti politique Parti nationaliste (2009-2021)
Kilusang Bagong Lipunan (1980-2009)
Père Ferdinand Marcos
Mère Imelda Romualdez

Signature de Ferdinand Marcos Jr.

Ferdinand Marcos Jr.
Présidents des Philippines

Ferdinand Marcos Jr., dit Bongbong Marcos (BBM), né à Manille le , est un homme politique philippin qui sera investi président le 30 juin 2022. Sara Duterte, qui est la fille du président actuel Rodrigo Duterte, sera sa vice-présidente. Il a été élu en tant que membre du Parti fédéral des Philippines (PFP).

Fils du dictateur Ferdinand Marcos et d’Imelda Marcos, il est vice-gouverneur d'Ilocos Norte de 1980 à 1983 et gouverneur d'Ilocos Norte de 1983 à 1986 puis de 1998 à 2007, ainsi que membre de la Chambre des représentants de 1992 à 1995 puis de 2007 à 2010 et sénateur de 2010 à 2016.

À la suite de la révolution philippine de 1986, il s'exile à Hawaï avec sa famille, où son père, Ferdinand Sr., meurt.

Lors de l’élection à la vice-présidence des Philippines de 2016, il perd d’extrême justesse face à Leni Robredo.

Ferdinand Marcos Jr. a été très critiqué pour ses manipulations historiques et son révisionnisme dans le but de blanchir l'image et la réputation de sa famille. Son association a également été accusée d'avoir occulté les violations des droits de l'homme et les pillages qui ont eu lieu pendant la présidence de son père. Il a également été condamné pour fraude fiscale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Naissance et famille[modifier | modifier le code]

Ferdinand Romualdez Marcos Jr., surnommé Bongbong, est né à Manille le 13 septembre 1957, de Ferdinand Edralin Marcos Sr. et Imelda Romualdez. Son père était représentant du deuxième arrondissement d'Ilocos Norte à sa naissance. Deux ans plus tard, il devient sénateur.

Jeunesses et études[modifier | modifier le code]

En 1970, Ferdinand Marcos Jr. est envoyé en Angleterre, où il étudie à la Worth School, une institution bénédictine du West Sussex réservée aux garçons. En 1972, son père déclare la loi martiale dans toutes les Philippines[1]. En 1978, il est étudiant à l'université d'Oxford, où il reçoit non pas un diplôme mais un « certificat spécial »[2].

En 1986, il conseille à son père de bombarder les camps policiers et militaires soutenant la révolution, ce que ce dernier refuse[2].

Après la mort de son père en 1989, la présidente Corazon Aquino autorise le retour des autres membres de la famille Marcos aux Philippines pour faire face à diverses accusations. Bongbong Marcos est l'un des premiers à revenir aux Philippines. Il fait son retour en 1991 et il est rapidement sollicité pour des fonctions politiques, commençant par le fief traditionnel de la famille à Ilocos Norte.

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Le 5 octobre 2015, Ferdinand Marcos Jr. annonce via son site web sa candidature à la vice-présidence des Philippines aux élections générales de 2016. Il se présente en candidat indépendant. Avant son annonce, il avait décliné une invitation du candidat à la présidence, le vice-président Jejomar Binay, pour devenir son colistier. Le 15 octobre 2015, la candidate à la présidentielle Miriam Defensor Santiago confirme que Marcos sera son colistier[3].

Ferdinand Marcos se classe deuxième dans la course à la vice-présidence, très disputée, perdant face à la représentante de Camarines Sur Leni Robredo, qui l'emporte par 263 473 voix, l'une des marges les plus serrées depuis la victoire de Fernando Lopez (en) à l'élection à la vice-présidence de 1965. Il dépose une plainte pour fraude mais elle est rejetée en 2021[2].

Candidature présidentielle de 2022[modifier | modifier le code]

Ferdinand Marcos Jr. lance officiellement sa campagne en vue de l'élection présidentielle philippine de 2022 le 5 octobre 2021. Le 16 novembre, il annonce que sa colistière sera Sara Duterte, fille du président Rodrigo Duterte et maire de Davao[4].

La famille Marcos reste puissante aux Philippines, exerçant essentiellement son influence dans le nord du pays, où elle possède de grandes propriétés[5].

Durant la campagne, Ferdinand Marcos Jr. ne donne pas d'interviews aux grands médias du pays et ne participe à aucun débat avec les autres candidats. Le Monde estime qu'« il a surfé sur une vague de nostalgie qui repose sur une vision largement édulcorée du règne de son père ». Il profite aussi de l'affaiblissement du régime démocratique opérée par le président sortant Rodrigo Duterte[2].

Président des Philippines[modifier | modifier le code]

Le 9 mai 2022, Ferdinand Marcos Jr. est officieusement élu président des Philippines. Son investiture aura lieu le 30 juin. Cette victoire marque le retour du clan Marcos au pouvoir, 36 ans après le départ de son père[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Bongbong est marié à Louise Cacho Araneta, dite Liza, membre de l'éminente famille Araneta, avec qui il a trois fils : Ferdinand Alexander III, dit Sandro (né en 1994), Joseph Simon (né en 1995) et William Vincent, dit Vince (né en 1997).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) By Amita O. Legaspi, GMA News, « Where was Bongbong Marcos when martial law was declared in 1972? », sur GMA News Online (consulté le )
  2. a b c d et e Brice Pedroletti, « Aux Philippines, le retour de la famille Marcos, trente-six ans après la chute de la dictature », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  3. (en) Aries Joseph Hegina, « Miriam Santiago confirms Bongbong Marcos is her vice president », sur INQUIRER.net, (consulté le )
  4. (en) Neil Arwin Mercado, « It’s official: Bongbong Marcos, Sara Duterte running in tandem in 2022 elections », sur inquirer.net, (consulté le )
  5. « Aux Philippines, le clan Marcos en marche vers le pouvoir », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :