George McElroy — Wikipédia

George McElroy
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 25 ans)
LaventieVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Autres informations
Armes
Grade militaire
Conflit
Distinction

George Edward Henry McElroy ( - ) est un pilote de chasse irlandais du Royal Flying Corps et de la Royal Air Force pendant la Première Guerre mondiale. Il est crédité de 47 victoires aériennes[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière militaire[modifier | modifier le code]

McElroy naît à Donnybrook, un quartier de Dublin[2], de Samuel et Ellen McElroy[3]. Il s'engage dès le début de la Première Guerre mondiale en , et est envoyé en France deux mois plus tard[2]. Il sert comme caporal dans la section des cyclistes motorisés du Royal Engineers et est promu sous-lieutenant le avant d'être transféré dans le Royal Irish Regiment (en)[2]. Il est gravement atteint par le gaz moutarde au cours des combats et est renvoyé en Irlande pour sa convalescence. Il se trouve à Dublin en , pendant le soulèvement de Pâques, et reçoit l'ordre de participer à la répression de l'insurrection. McElroy refuse de tirer sur ses compatriotes irlandais et est transféré dans une garnison du Sud, loin de chez lui[4].

Le , McElroy renonce à sa fonction dans le Royal Irish Regiment lorsqu'il obtient une place de de cadet[5] à l'Académie royale militaire de Woolwich, dont il sort diplômé le , et est nommé sous-lieutenant dans la Royal Garrison Artillery (en)[6].

Royal Flying Corps[modifier | modifier le code]

McElroy est rapidement détaché au Royal Flying Corps, où il est formé au pilotage à la Central Flying School de Upavon, et nommé flying officer le 28 juin[7] puis promu lieutenant le 9 août. Le 15 août, il rejoint le 40e Escadron RFC[8], où il bénéficie des conseils d'Edward Mannock. Il pilote d'abord un Nieuport 17, mais sans succès au combat. À la fin de l'année, McElroy passe sur S.E.5 et remporte sa première victoire le 28 décembre.

George-McElroy 4.jpg

Au combat, McElroy se montre extrêmement agressif, au détriment de la prudence. Cela lui permet cependant d'accroître rapidement son palmarès : il abat deux avions allemands en , et pour le 18 février, il en a déjà abattu 11[9]. Il est alors nommé flight commander (en) avec le grade temporaire de capitaine[10], et est transféré au No. 24 Squadron RFC. Il continue à accumuler régulièrement des victoires : le 26 mars, lorsqu'il est décoré de la Military Cross[11], il en compte 18. Le 1er avril, le Royal Flying Corps (RFC) de l'armée de terre et le Royal Naval Air Service (RNAS) ont été fusionnés pour former la Royal Air Force, et son escadron devient le No. 24 Squadron RAF (en). McElroy est blessé lors d'un accident à l'atterrissage le (il frôle la cime d'un arbre en atterrissant)[12]. George est alors contraint au repos, ce qui bloque temporairement son compteur à 27 victoires. Après sa convalescence, McElroy retourne au 40e escadron en juin, et enchaîne trois victoires, les 26, 28 et 30 de ce mois, dont deux sur des ballons d'observation, ce qui fait de lui un balloon-buster et porte son total à 30 victoires[9].

En juillet, il accroît son tableau de chasse presque quotidiennement, avec la destruction d'un troisième ballon le 1er, suivie de l'un des mois les plus victorieux de l'histoire de l'aviation de chasse, avec 17 victimes supplémentaires au cours du seul mois de . Sa série de succès est cependant menacée le 20 par une panne moteur qui l'oblige à interrompre l'attaque d'un biplace allemand et à atterrir en urgence. La brutalité de la manœuvre laisse à McElroy des égratignures et des contusions. Le même jour, un déjeuner d'adieu pour son ami Gwilym Hugh Lewis eut lieu, lors duquel « Mick » Mannock prit McElroy à part pour le mettre en garde contre les dangers de suivre une victime allemande à portée de tir depuis le sol[13].

Le 26 juillet, son mentor et ami, Edward « Mick » Mannock, est tué par un tir venu du sol, exactement la situation sur laquelle il alertait McElroy seulement 6 jours plus tôt. Ironiquement, ce même jour, « McIrish » McElroy reçoit la deuxième barrette de sa Croix militaire : il est l'un des dix aviateurs à recevoir la deuxième barrette lors du conflit.

Mort[modifier | modifier le code]

Le mépris apparent et continu de McElroy pour sa propre sécurité en vol et au combat le mène au même destin que Mannock. Le , il déclare avoir détruit un Hannover pour sa 47e victoire et repart en vol aussitôt. Il ne revient jamais et est porté disparu : McElroy a en fait été tué par des tirs de DCA, à 25 ans.

McElroy recevra la Distinguished Flying Cross à titre posthume le 3 août, pour avoir abattu 35 avions et trois ballons d'observation. Il est enterré au carré I.C.1 du cimetière militaire de Laventie, dans le Nord de la France[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « George Edward Henry McElroy », sur The Aerodrome, (consulté le ).
  2. a b c et d Franks 2000, p. 26.
  3. (en) CWGC, « Captain G E H McElroy | War Casualty Details », sur CWGC (consulté le ).
  4. « Who's Who - George McElroy », sur First World War.com, (consulté le ).
  5. « Page 5635 | Issue 29613, 6 juin 1916 | London Gazette | The Gazette », sur www.thegazette.co.uk (consulté le ).
  6. « Page 2023 | Issue 29963, 27 February 1917 | London Gazette | The Gazette », sur www.thegazette.co.uk (consulté le ).
  7. « Page 7407 | Supplement 30193, 20 July 1917 | London Gazette | The Gazette », sur www.thegazette.co.uk (consulté le ).
  8. F.A. de V. Robertson, « No. 40 (Bomber) Squadron : Le premier escadron "Gordon" », Flight, vol. XXIV, no 1220,‎ , p. 413 (lire en ligne, consulté le ).
  9. a et b « George Edward Henry McElroy », sur www.theaerodrome.com (consulté le ).
  10. « Page 3710 | Supplement 30594, 22 March 1918 | London Gazette | The Gazette », sur www.thegazette.co.uk (consulté le ).
  11. « Page 3745 | Supplement 30597, 22 March 1918 | London Gazette | The Gazette », sur www.thegazette.co.uk (consulté le ).
  12. Shores et Rolfe 2001, p. 79.
  13. Franks 2000, p. 27.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Norman Franks, SE 5/5a Aces of World War I, London, UK, Osprey Publishing, (ISBN 978-1-84603-180-9)
  • (en) Christopher Shores et Mark Rolfe, British and Empire Aces of World War I, Osprey Publishing, (ISBN 978-1-84176-377-4)
  • (en) Christopher F. Shores, Norman Franks et Russell F. Guest, Above the Trenches: a Complete Record of the Fighter Aces and Units of the British Empire Air Forces 1915–1920, Londres, UK, Grub Street, (ISBN 978-0-948817-19-9)