Offensive du Donbass (2022) — Wikipédia

Offensive du Donbass (2022)
Description de cette image, également commentée ci-après
Situation militaire le 6 avril 2022
Informations générales
Date Depuis le
(4 mois et 9 jours)
Lieu Donbass
Issue En cours
Belligérants
Drapeau de la Russie Russie Drapeau de la République populaire de Donetsk République populaire de Donetsk
Drapeau de République populaire de Lougansk République populaire de Lougansk
Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Commandants
Vladimir Poutine
Mikhaïl Michoustine
Sergueï Lavrov
Vitali Guerassimov
Drapeau de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov
Drapeau de la République populaire de Donetsk Denis Pouchiline
Drapeau de République populaire de Lougansk Leonid Passetchnik
Volodymyr Zelensky
Denys Chmyhal
Forces en présence
Forces armées russes

Flag of National Guard Forces Command.svg Garde nationale de Russie

LogoWagner vectorisé.svg Groupe Wagner
Drapeau de la République populaire de Donetsk Milice populaire de la République populaire de Donetsk

Drapeau de République populaire de Lougansk Milice populaire de la République populaire de Lougansk


Drapeau de la Tchétchénie 38 000+ soldats (en mars)[1],[2],[3]
50 000 à 62 000 soldats (en avril)
Drapeau de la République populaire de Donetsk 20 000 Soldats
Drapeau de République populaire de Lougansk 14 000 soldats
10 000 à 20 000 mercenaires (selon les occidentaux)
300 à 500 combattants libyens et syriens (selon l'ISW)
Forces armées ukrainiennes

Armée irrégulière

Flag of the National Guard of Ukraine.svg Garde nationale de l'Ukraine

Київ-1 емблема.png Patrouille de police spéciale

  • Ukrainian interior ministry's special battalion «Sich» logo.png Bataillon Sich

Flag of Ukrainian National Police.svg Police nationale ukrainienne
Flag of the State Border Guard Service of Ukraine.svg Service national des gardes-frontières d'Ukraine
Flag of Right Sector.svg Corps des volontaires ukrainiens

  • 2e bataillon séparé

125 000 soldats (dans l'est de l'Ukraine)[4]

  • 40 000 à 50 000 soldats (dans le Donbass, en avril)
Pertes
6 551 à 7 611 morts au moins, plus de 500 blessés et 20 à 25 mercenaires morts au moins (selon l'Ukraine)
Drapeau de la République populaire de Donetsk 2 115 morts au moins, 8 847 blessés (selon la RPD, à la date du 16 juin)
Drapeau de République populaire de Lougansk 500 à 600 morts au moins (selon la Russie, à la date du 5 avril)
15 800 morts au moins et plus de 8 000 capturés (selon la Russie et ses alliés)
Inconnues

Invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022
Guerre du Donbass

Batailles


Offensive de Kiev


Offensive du Nord-Est


Offensive du Donbass


Offensive du Sud


Frappes aériennes dans l'Ouest de l'Ukraine


Guerre navale


Débordement


Coordonnées 49° nord, 38° est
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
(Voir situation sur carte : Ukraine)
Offensive du Donbass (2022)

L‘offensive du Donbass de 2022 est une invasion militaire en cours organisée par les Forces armées russes. Elle a débuté le lors de l'invasion russe de l'Ukraine.

Contexte[modifier | modifier le code]

À l'automne 2021, la guerre du Donbass, une région au Sud-Est de l'Ukraine, est enlisée depuis 2014-2015 avec des combats par intermittences[5]. Toutefois, des mouvements de forces militaires et d'armes lourdes russes en direction de la frontière ukrainienne sont dénoncés par l'Ukraine fin 2021[6]. De nombreuses vidéos confirment cette militarisation[7]. Les dirigeants européens et américains estiment alors qu'entre 100 000 et 175 000 soldats russes sont amassés près de la frontière ukrainienne et considérent que ces mouvements sont une préparation de l'armée russe à une invasion de l'Ukraine[8],[9].

Le , la Russie rapporte une incursion de l'Ukraine après qu'un présumé obus d'artillerie ukrainien ait atterri dans la région russe de Rostov, près de la frontière russo-ukrainienne, au cours de la crise russo-ukrainienne de 2021-2022[10],[11].

Le , le gouvernement russe affirme que les bombardements ukrainiens ont détruit une installation frontalière du FSB à la frontière russo-ukrainienne[12] et qu'il a tué cinq « saboteurs » ukrainiens qui tentaient de pénétrer sur le territoire russe[13]. L'Ukraine nie être impliquée dans les deux incidents et a décrié d'opérations sous fausse bannière[14].

Le même jour, dans un discours précédant l'invasion russe de l'Ukraine, Vladimir Poutine développe sa vision de l'histoire niant l'existence d'une identité ukrainienne, l'Ukraine moderne ayant à ses yeux « été entièrement créée par la Russie, plus précisément par la Russie bolchévique et communiste. Lénine, Staline, Khrouchtchev ont successivement façonné l'Ukraine en arrachant des parties du territoire historique à la Russie ». Il évoque ensuite dans ce discours le « génocide » des populations russophones du Donbass, « la volonté de l'Ukraine de se doter de l'arme nucléaire », « la volonté de l'OTAN d'y intégrer l'Ukraine, menaçant la sécurité de la Russie ». Durant ce même discours, Vladimir Poutine annonce la reconnaissance russe de l'indépendance des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk[15]. Durant la nuit, les forces armées russes pénètrent dans l'Est de l'Ukraine contrôlé par les séparatistes pro-russes, dans le cadre d'une opération de « maintien de la paix »[5].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Invasion du 24 février[modifier | modifier le code]

Un bus en feu le long d'une route entre Kharkiv et Kiev, le 24 février 2022

Après que Vladimir Poutine ait annoncé une « opération militaire spéciale » en Ukraine, les forces militaires russes traversent la frontière russo-ukrainienne et avancent vers Kharkiv. Ils font face à la résistance ukrainienne dès le début de la bataille de Kharkiv[16].

Pendant ce temps, à Konotop, les forces russes venant du Nord-Est encerclent la ville et l'assiége[17].

À Soumy, les combats commencent dans la périphérie de la ville vers 3 heures du matin[18]. La bataille de Soumy débute. Les combats entre Ukrainiens et Russes se poursuivent toute la journée et jusque dans la soirée.

À 7 h 30, les combats commencent à Okhtyrka. Les forces ukrainiennes opposent une résistance farouche et les Russes se retirent.

25 février[modifier | modifier le code]

Dans la nuit les forces russes se retirent de la ville de Soumy[19]. Des combats acharnés se poursuivent dans la banlieue nord de Kharkiv[20].

Dans la matinée du , les forces russes ont avancé depuis la République populaire de Donetsk (RPD) en direction de Marioupol. Ils se heurtent aux forces ukrainiennes à Pavilopil[21]. Les Ukrainiens sont victorieux dans un premier temps, détruisant au moins 20 chars russes durant les combats[22] avant que la marine russe lance dans la soirée un assaut amphibie à 70 kilomètres de Marioupol, depuis la mer d'Azov[23],[24].

À Starobilsk, les forces armées ukrainiennes éliminent un groupe de soldats russes tentant de traverser la rivière Aidar lors de la bataille[25].

À Okhtyrka, des missiles BM-27 Uragan frappent une école de la ville[26], tuant un garde et blessant un nombre inconnu d'enfants et leur enseignant. Les forces ukrainiennes opposent une forte résistance et les Russes se retirent[27].

26 février[modifier | modifier le code]

Le gouverneur de l'oblast de Kharkiv, Oleh Synyehubov, affirme que Kharkiv est toujours sous contrôle ukrainien. Il annonce également qu'un couvre-feu est mis en place dans la ville[réf. nécessaire].

À Soumy, les combats reprennent[28]. Les Russes, qui ont réussi à investir la moitié de la ville durant la journée, sont repoussés par les Ukrainiens dans la soirée[29]. Trois victimes civiles sont rapportées durant les combats[30].

Les forces russes bombardent Marioupol avec de l'artillerie tout au long de la journée[31]. Les forces russes situées à l'ouest de Soumy avancent plus à l'ouest durant la nuit, selon le groupe de renseignement Rochan Consulting, et se trouvent à 150 km à l'est de Kiev[32].

27 février[modifier | modifier le code]

Au petit matin, à Kharkiv, un gazoduc est détruit par les forces russes[33]. Plus tard dans la matinée, les forces russes entrent dans la ville. Des explosions sont entendues[34]. Le premier porte-parole du ministère de la Défense russe, le général de division Igor Konachenkov, déclare que « le 302e régiment de missiles anti-aériens des Forces armées ukrainiennes, équipé de systèmes de défense aérienne Buk M-1, a volontairement déposé les armes et s'est rendu »[35]. Cette information est démentie par les autorités ukrainiennes[36]. Un haut conseiller en Ukraine, Oleksiy Arestovich, rapporte que la moitié des véhicules russes qui sont entrés à Kharkiv ont été détruits par l'armée ukrainienne[37].

Dans la matinée du 27 février, il est signalé qu'une colonne de chars russes avance rapidement sur Marioupol depuis la République Populaire de Donetsk, mais que l'attaque a été enrayée par les forces ukrainiennes. Six soldats russes sont capturés[38].

Un certain nombre de véhicules russes avance vers Soumy depuis l'Est. Une voiture civile transportant des adultes et des enfants est la cible de tirs, tuant une femme[39].

Dans l'après-midi, des responsables ukrainiens, dont le gouverneur Synyehubov, déclarent que Kharkiv est toujours sous contrôle ukrainien après de violents combats[40],[41]. Hennadiy Matsegora, le maire de Koupiansk, cède le contrôle de la ville aux forces russes et accuse les forces ukrainiennes de l'avoir abandonnée au début de l'invasion[42]. Matesegora est ensuite accusé de trahison par la procureure générale ukrainienne Iryna Venediktova[43].

Le gouverneur de l'oblast de Lougansk, Serhiy Haidaï, déclare que les villes de Stanytsia Luhanska et Shchastia ont été capturées par les forces russes qui les ont quasiment entièrement détruites lors des bombardements, tandis que les séparatistes affiment en avoir pris le contrôle[44],[45]. Le gouverneur de l'oblast de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, les accuse d'avoir également détruit la ville de Volnovakha[46].

1er mars[modifier | modifier le code]

Plus de 70 soldats ukrainiens sont tués après un bombardement des forces russes sur une base militaire à Okhtyrka, selon Dmytro Jyvytsky, le gouverneur de l'Oblast de Sumy[47]. D'autres soldats sont piégés sous les décombres. L'attaque est la plus grande perte de vies humaines depuis que les forces russes ont commencé l'invasion de l'Ukraine. Le type d'armes utilisé est incertain : certains rapports ukrainiens indiquent que la destruction du bâtiment principal a été causée par un seul tir de missile balistique 9K720 Iskander, tandis que des rapports ultérieurs rapportent que trois missiles plus petits ont été utilisés, y compris des armes thermobariques[48].

2 mars[modifier | modifier le code]

Des parachutistes russes sont déployés à Kharkiv et engagent le combat avec les forces ukrainiennes, selon des responsables militaires ukrainiens[49]. Dmytro Jyvytsky, le gouverneur de l'Oblast de Soumy, déclare que les forces russes ont pris le contrôle de la ville de Trostianets. Il ajoute que les forces russes sont entrées dans la ville à 01 h 03, détruisant la porte de la Cour Ronde et une galerie d'art[50].

Oleksiy Arestovych, conseiller du président ukrainien, affirme que les forces ukrainiennes sont passées à l'offensive pour la première fois depuis le début de l'invasion russe, en avançant vers la ville de Horlivka, située dans la République populaire de Donetsk. Il affirme aussi que l'avancée russe vers Tchernihiv et Soumy a été stoppée[51].

À Starobilsk, un convoi de plus de soixante véhicules a tenté d'entrer en ville mais a été arrêté par une manifestation, tandis que, sur décision du maire, la ville de Konotop s'est rendue[52],[53]. Enfin, selon la Rada d'Ukraine, huit personnes seraient mortes à Izioum dans les bombardements russes[54].

3 mars[modifier | modifier le code]

Le , les autorités ukrainiennes affirment que trente-quatre personnes sont mortes dans des bombardements dans la région de Kharkiv durant les vingt-quatre heures précédentes et que les forces ukrainiennes auraient repris du terrain dans l'oblast de Soumy[55],[56]. De son côté, le ministère de la Défense russe rapporte que la ville de Balakliia a été capturée[57].

Les forces russes entrent à Svatove pendant la journée mais sont arrêtées par des manifestants locaux[58]. Les soldats ont ensuite été convaincus par les habitants de se retirer de la ville[59]. Les forces de la République populaire de Lougansk et les troupes russes capturent Novoaïdar pendant la journée[60].

5 mars[modifier | modifier le code]

Un cessez-le-feu est déclaré à Volnovakha pour permettre aux civils d'évacuer, mais celui-ci est vite interrompu, les bombardements russes se poursuivant pendant le processus d'évacuation[61]. Peu après, les autorités de la RPD annoncent la mort du colonel Vladimir Joga lors de la Bataille de Volnovakha[62].

6 mars[modifier | modifier le code]

Une deuxième tentative d'évacuation des civils de Marioupol est empêchée, les deux parties se rejetant mutuellement la faute[63]. Des combats ont lieu en périphérie de Lysychansk, Sievierodonetsk et Rubizhne, tandis que Popasna et Hirske sont continuellement bombardés. Les forces ukrainiennes perdent le contrôle de Svatove, Starobilsk et Novopskov, mais les villes ne semblent pas contenir de nombreuses troupes russes[64].

8 mars[modifier | modifier le code]

Des responsables ukrainiens déclarent que 10 civils ont été tués et autres huit blessés dans des bombardements sur Sievierodonetsk au cours de la journée[65].

9 mars[modifier | modifier le code]

Un bâtiment faisant office de maternité et d'hôpital pour enfants à Marioupol est bombardé par l'armée de l'air russe vers 17 h 00, tuant trois civils et en blessant 17 autres[65].

10 mars[modifier | modifier le code]

Le ministère ukrainien de la Défense affirme que les forces ukrainiennes ont repoussé des attaques russes dans les régions de Donetsk, Slobozhanske et une partie de Tavrij[66].

11 mars[modifier | modifier le code]

Le ministère russe de la Défense annonce que les forces de la RPD ont capturé Volnovakha[67]. La ligne de front a avancé de 6 kilomètres et les forces russes ont encore resserré le siège de Marioupol. Des vidéos publiées plus tard sur les réseaux sociaux montrent les forces russes dans de nombreux quartiers de Volnovakha[68]. Selon le gouverneur de l'oblast de Lougansk, les forces russes occupent 70 % de l'oblast[69].

12 mars[modifier | modifier le code]

L'Associated Press confirme de manière indépendante la prise de Volnovakha par des séparatistes pro-russes, la ville étant quasiment en ruine[70]. Le même jour, les forces ukrainiennes confirment la mort au combat du colonel Valery Hudz de la 24e brigade mécanisée ukrainienne sur la ligne de front de Louhansk[71].

Des responsables ukrainiens accusent la Russie d'avoir utilisé des munitions au phosphore blanc sur la ville de Popasna pendant la nuit. Plus au sud de l'oblast, le monastère de Sviatohirsk Lavra a été bombardé vers 22 h 00, au cours duquel 30 personnes ont été blessés[72],[73].

Pavlo Kyrylenko, gouverneur de l'oblast de Donetsk, déclare que les localités de Nikolske, Manhouch et Ourzouf sont occupées par les troupes russes. Il ajoute que toutes les villes de l'oblast, à l'exception de Volnovakha, demeurent sous le contrôle des forces ukrainiennes[74].

13 mars[modifier | modifier le code]

Selon le ministère russe de la Défense, les forces russes ont capturé les localités de Nikolske, Blahodatne, Volodymyrivka et Pavlovka dans l'oblast de Donetsk[75], affirmant également la libération d'environ 300 civils retenus en otage par le bataillon Aidar dans un monastère de Nikolske[76].

Les forces russes ont capturé les localités de Staromlynivka, Yevhenivka, Pavlovka et Yegorivka pendant la journée d'après l'armée ukrainienne[77].

14 mars[modifier | modifier le code]

Denis Pouchiline, le président de la République populaire de Donetsk, annonce qu'une attaque contre des infrastructures civiles dans le centre de Donetsk a été menée par les forces ukrainiennes. Les informations préliminaires fournies par les responsables de la DPR indiquent que l'attaque a fait 20 morts et 9 blessés parmi les civils[78]. Plus tard, le bilan s'établit à 23 morts et 28 blessés[79]. Les autorités ukrainiennes ont blâmé la Russie pour l'attaque, indiquant qu'il s'agissait d'une attaque sous faux drapeau organisée pour couvrir la mort de civils par les forces russes à Kharkiv, Irpin et Mykolaïv[80].

Les troupes russes de la 336e brigade d'infanterie navale de la Garde et de la 11e brigade d'assaut aérien de la Garde tentent une offensive dans l'oblast de Donetsk à 17 h 00, mais sont repoussées au prix de 100 soldats tués et six véhicules détruits, annonce l'armée ukrainienne[81].

15 mars[modifier | modifier le code]

Quatre civils ont été tués pendant des bombardements visant un hôpital, un établissement de soins pour enfants malvoyants et trois écoles à Roubijné[82].

20 mars[modifier | modifier le code]

Donetsk est touché par une attaque au missile causant 23 victimes civiles. Les autorités de la RPD et les autorités ukrainiennes se rejettent la responsabilité[83],[84].

Des responsables russes confirment que le commandant adjoint de la flotte de la mer Noire, Andreï Pali, a été tué à Marioupol[85].

22 mars[modifier | modifier le code]

Le président de la RPL, Leonid Passetchnik, affirme que « près de 80 % du territoire » de la région de Lougansk est occupé et « Popasna, Lyssytchansk, Roubijne, Severodonetsk et Kreminna n'ont pas été libérés ». Il note que la situation sur les champs de bataille est « stablement tendue » et que des unités de la milice populaire de la RPL s'efforcent de prendre Popasna et Roubijne sous contrôle[86].

Le ministère russe de la Défense annonce la capture de Marinka par les forces de la République populaire de Donetsk[87].

25 mars[modifier | modifier le code]

Le 25 mars, la Russie se dit prête à entrer dans la deuxième phase des opérations militaires en cherchant à occuper les principales villes ukrainiennes de l'est de l'Ukraine. Cela est rapporté par Yahoo Finance, qui déclare : « Les agences de presse russes ont cité le ministère de la Défense estimant que les séparatistes soutenus par la Russie contrôlent désormais 93 % de la région ukrainienne de Lougansk et 54 % de la région de Donetsk – les deux zones qui composent conjointement le Donbass »[88].

29 mars[modifier | modifier le code]

Tard le 29 mars, des responsables locaux signalent une série d'explosions à l'extérieur de la ville russe de Belgorod, près de la frontière avec l'Ukraine. Selon l'agence russe TASS, un camp militaire russe temporaire a été touché par un obus tiré du côté ukrainien, blessant au moins quatre soldats[89],[90].

Début avril[modifier | modifier le code]

Après le retrait de ses forces de l'offensive de Kiev, la Russie déplace son attention vers l'est et le sud de l'Ukraine. L'armée russe commence à redéployer des unités du nord de l'Ukraine vers l'est, mais bon nombre de ses troupes semblent inefficaces au combat en raison des lourdes pertes subies. Cependant, la Russie parvient a amasser des dizaines de milliers de soldats, son objectif premier étant la capture complète des oblasts de Donetsk et de Louhansk[91]. Ils parviennent à sécuriser Izioum le 1er avril, bien que de violents combats se poursuivront autour de la localité au cours des jours suivants[92]. La Russie et ses alliés continuent à assiéger Marioupol, où les progrès dans la ville en ruine s'avèrent compliqués. Le 10 avril, les troupes russes réussissent à diviser les résistants ukrainiens à Marioupol en deux ou trois poches. Dans le même temps, la Russie fait des efforts concentrés pour conquérir les villes stratégiquement importantes de Sievierodonetsk, Popasna et Roubijné, en lançant des attaques répétées sur ces lieux à partir du 10 avril[93],[94],[91]. Celles-ci ne rencontrent pas le succès estimé, l'Ukraine affirmant avoir infligé une lourde défaite à la 60e brigade d'infanterie motorisée indépendante russe le 11 avril[93].

Pour soutenir les opérations visant Sievierodonetsk, Popasna et Roubijné, la Russie tente une percée au sud d'Izioum vers Barvinkove et Sloviansk. L'Ukraine répond en déplaçant des unités supplémentaires pour retenir les Russes à Izioum. Dans le même temps, la Russie attaque autour de Kharkiv pour coincer les forces ukrainiennes locales[94],[93],[91]. Le 12 avril, face aux gains de territoires limités dans la région d'Izioum, des forces russes supplémentaires sont déployées pour renforcer l'offensive[91]. Le 16 avril, la Russie émet un ultimatum aux derniers combattants ukrainiens retranchés dans les décombres du port de Marioupol, leur demandant de se rendre. Les Ukrainiens sur place n'ont pas répondu à leur demande[95],[96]. À Kharkiv, plusieurs bombardements frappent la ville, tuant cinq personnes et en blessant 13 autres. Selon la BBC, plusieurs frappes aériennes ont frappé des villages et des villes de l'est de l'Ukraine[97]. Ces derniers jours, les forces russes continuent à lancer des attaques localisées, sondant les défenses ukrainiennes avant le lancement de leur offensive principale[98].

18 avril 2022[modifier | modifier le code]

Le 18 avril 2022, la Russie lance une nouvelle offensive dans le Donbass[99],[100],[101]. Dans certaines zones des districts opérationnels de Slobozhansky et de Donetsk, les troupes russes ont intensifié les opérations d'offensive et d'assaut. Le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense Oleksiy Danilov a déclaré que le matin du 18 avril, les occupants avaient tenté de percer les défenses ukrainiennes sur presque toute la ligne de front dans les régions de Donetsk, Kharkiv et Louhansk dans le but d'occuper une partie de Donetsk et Louhansk pour les Pâques orthodoxes qui ont eu lieu le 24 avril[102].

Le matin du 18 avril, le chef de l'administration militaire de Louhansk, Serhiy Haidai, a annoncé que les troupes russes étaient entrées dans la ville de Kreminna près de Roubijné et Lyssytchansk[103],.

La nuit, les troupes russes ont lancé un bombardement à la roquette sur Kramatorsk, entraînant la destruction d'infrastructures. Les informations sur les victimes sont en cours de clarification[104].

19 avril 2022[modifier | modifier le code]

Dans une interview donnée à India Today, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a reconnu le début d'une nouvelle offensive dans le Donbass, affirmant qu'il s'agissait d'un « moment très important dans toute cette opération spéciale »[105].

Pour aborder la nouvelle étape de l'offensive russe en Ukraine, le président français Emmanuel Macron et le président américain Joe Biden ont tenu une réunion avec des représentants de la France, de l'Allemagne, des États-Unis, du Royaume-Uni, du Canada, de l'Italie, de la Pologne et de la Roumanie. Ils sont rejoints par le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, la Présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen et le Président du Conseil européen, Charles Michel[106].

Le chef de l'administration militaire régionale de Lougansk, Serhiy Haidai, a appelé les habitants de la région à évacuer immédiatement afin de ne pas devenir des otages ou être tués par les Russes[107].

20 avril 2022[modifier | modifier le code]

Les forces russes ont occupé des zones résidentielles dans la ville de Popasna à Louhansk[108]. De plus, des mercenaires libyens et syriens probablement associés au groupe Wagner auraient affronté les forces ukrainiennes dans la ville. Oleksiy Danilov affirme que 20 à 25 mercenaires auraient été tués[109].

Le président de la République tchétchène Ramzan Kadyrov a également affirmé que les forces tchétchènes et celles de la LNR avaient pris le contrôle de Roubijné ; cependant, cette affirmation n'a pas été vérifiée[110].

Mai[modifier | modifier le code]

Entre le 5 et 13 mai, les forces russes tentent de s'emparer du fleuve Donets sans y parvenir, leur occasionnent[Qui ?] ainsi de lourdes pertes.

27 mai[modifier | modifier le code]

Les forces Russes s'emparent de la ville de Lyman dernière ville à l'est du Donets encore aux mains des Ukrainiens à la date du 27 mai qui se situe à 20km à l'est de Sloviansk [111],[112].

14 juin[modifier | modifier le code]

Les forces ukrainiennes ont reconnu avoir abandonné, à la suite d'une nouvelle offensive russe, le centre de la ville de Severodonetsk, que les deux belligérants se disputent depuis plusieurs semaines[113].

21 juin[modifier | modifier le code]

Les forces Russes s'emparent de Tochkovka au sud de Lyssytchansk ce qui leur permet d'encerler les villes de Zolote et Hirske. La chute de ces 3 villes permet au Russes d'engager le siège de Lyssytchansk en lançant un mouvement d'encerclement par l'ouest de la ville[114],[115],[116],[117],[118],[119].

25 juin[modifier | modifier le code]

Le maire de Sievierodonetsk affirme, le 25 juin que sa ville est "entièrement occupée" par l'armée russe, un jour après que l'armée ukrainienne a annoncé son retrait de cette localité, pour mieux défendre la ville voisine de Lyssytchansk.[120]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. John Bacon, Tom Vanden Brook, Jorge L. Ortiz et Celina Tebor, « As Russia gears up for bloodier phase of war, reports indicate a chemical weapon was used in Mariupol: Live Ukraine updates », USA Today,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « Kyiv warns Russia planning large assault in eastern Ukraine », Al-Jazeera News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Hundreds of thousands face catastrophe in Mariupol » [archive du ] Accès payant, The Economist, (consulté le ) : « Ukrainian forces in Mariupol are vastly outnumbered, with 3,500 soldiers facing 14,000 invaders, around a tenth of the total estimated Russian force in the country. »
  4. Alexei Muraviev, « 2022 is not 2014: What holds back Russia from Ukraine », sur Lowly Institute, The Interpreter, (consulté le )
  5. a et b Par Ronan Tésorière Le 21 février 2022 à 23h24 et Modifié Le 22 Février 2022 À 00h18, « Ukraine : l’armée russe envoyée dans les territoires séparatistes pour «maintenir la paix» », sur leparisien.fr, (consulté le )
  6. « L'Occident inquiet des mouvements militaires russes près de l'Ukraine », sur Challenges, (consulté le )
  7. « VIDEOS. On a analysé les images qui prouvent la militarisation inédite de la frontière russo-ukrainienne », sur Franceinfo, (consulté le )
  8. « 175 000 soldats russes seraient prêts à attaquer l'Ukraine selon un haut responsable américain cité par le Washington Post », sur ladepeche.fr (consulté le )
  9. Zone International- ICI.Radio-Canada.ca, « Pourquoi la Russie masse-t-elle des troupes à la frontière ukrainienne? », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  10. (ru) « Опубликовано видео с последствиями попадания снаряда в дом под Ростовом », sur iz.ru,‎ (consulté le )
  11. « Presse russe: les Ukrainiens tirent un obus contre le territoire russe », sur www.aa.com.tr (consulté le )
  12. Zone International- ICI.Radio-Canada.ca, « Les Russes accusent les Ukrainiens de multiplier les agressions », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  13. « « Liste d’Ukrainiens à tuer » | La Russie dit avoir tué des « saboteurs » ukrainiens, risque d’embrasement », sur La Presse, (consulté le )
  14. Le Point magazine, « L’armée russe affirme avoir tué cinq « saboteurs », l’Ukraine dément », sur Le Point, (consulté le )
  15. « Vladimir Poutine reconnaît l'indépendance des séparatistes prorusses d'Ukraine, un pas de plus vers la guerre », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  16. « Kharkiv’s Resistance to Russia’s War Has Already Begun », web.archive.org, (consulté le )
  17. (en) « https://twitter.com/iaponomarenko/status/1497022354337247235 » [archive du ], Twitter (consulté le )
  18. (uk) « Росія атакувала українські міста: де відбулися бої » [archive du ], 24 Канал (consulté le )
  19. « Ворог відступив: у Сумах біля кадетського корпусу закінчився переможний бій - 24 Канал », web.archive.org,‎ (consulté le )
  20. (en-US) Michael Schwirtz, « Scenes from Kharkiv: Battle wreckage, the boom of artillery, and people sheltering in the subway. », The New York Times,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  21. (en) « Battle ongoing near Mariupol – mayor » [archive du ], www.ukrinform.net (consulté le )
  22. (hu) Richárd, « Így áll most a háború Ukrajnában: több nagyvárosban harcok dúlnak, megtámadtak egy orosz repülőteret » [archive du ], Ellenszél, (consulté le )
  23. (en) Ellie Kaufman, « "Amphibious assault" underway west of Mariupol on the Sea of Azov, senior US defense official says » [archive du ], sur CNN, (consulté le )
  24. (en) « Russian Navy Carries Out Amphibious Assault Near Mariupol » [archive du ], The Maritime Executive (consulté le )
  25. « Війна в Україні: біля Старобільська українські військові розбили колону ворожої техніки | Новини на Gazeta.ua », web.archive.org,‎ (consulté le )
  26. (uk) Zaxid.net, « В Охтирці росіяни обстріляли дитячий садок та сховище з людьми » [archive du ], ZAXID.NET (consulté le )
  27. « В Охтирці російські окупанти покидали БТРи та розбіглися — Геращенко » [archive du ], Новини Чернівці: Інформаційний портал «Молодий буковинець» (consulté le )
  28. (en) « Ukraine's Sumy city says fighting under way on streets », National Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. (en) « https://twitter.com/kyivindependent/status/1497657843629109256 » [archive du ], Twitter (consulté le )
  30. (uk) « При обстрілах Сум загинули троє - Панорама » [archive du ],‎ (consulté le )
  31. (en) « Russia orders troops to hasten their advance as Mariupol remains under heavy shelling », ABC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. Dan Sabbagh, « Russian forces advance on Kyiv: fighting on fourth day of invasion » [archive du ], The Guardian, (consulté le )
  33. (en) Reuters, « Ukraine says Russian troops blow up gas pipeline in Kharkiv », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. (en-US) staff et AP, « Russian troops enter Kharkiv, Ukraine’s second-largest city » [archive du ], www.timesofisrael.com (consulté le )
  35. (en-US) Brown, « Defense Ministry: The 302nd Anti-Aircraft Missile Regiment Of The Armed Forces Of Ukraine, Armed With BukM-1 Systems, Voluntarily Laid Down Arms » [archive du ], ePrimefeed, (consulté le )
  36. (en) « Center for Countering Misinformation: Russian reports about surrendered 302nd anti-aircraft regiment in Kharkiv region fake » [archive du ], Interfax-Ukraine (consulté le )
  37. (en-US) AP, « Ukrainian army destroys half of Russian transport in Kharkiv: Top adviser » [archive du ], Daily Sabah, (consulté le )
  38. (en) « Russian invasion update: Ukraine repels tank attack, captures six Russians in Mariupol » [archive du ], www.ukrinform.net (consulté le )
  39. (uk) Стрельцов, « У Сумах обстріляли цивільне авто з дорослими та дітьми — загинула жінка » [archive du ], Суспільне | Новини,‎ (consulté le )
  40. « NPR Cookie Consent and Choices », sur choice.npr.org (consulté le )
  41. (en-US) REUTERS, « Ukraine has restored full control of Kharkiv: Governor » [archive du ], Daily Sabah, (consulté le )
  42. « In Kharkiv region, mayor admits to handing over city to occupiers », Pravda, (consulté le )
  43. (es) « Acusan de traición al alcalde de Kupyansk, ciudad del noreste de Ucrania », Agenciapi.co (consulté le )
  44. Russia-backed separatists claim control in Luhansk; Ukraine air defence 'knocked out', says Russia
  45. Ukraine says Russia has seized control of 2 towns in country's east, claims attack from Belarus
  46. (ru) « Станиця Луганська, Щастя і Волноваха опинилися на межі гуманітарної катастрофи », RBC Ukraine,‎ (consulté le )
  47. « Bombardements russes dans deux villes du Nord-Est de l'Ukraine », sur LEFIGARO, (consulté le )
  48. (en) Michelle Bentley, « Ukraine: what is the dangerous 'vacuum bomb' weapon Russia has been accused of using? », sur The Conversation (consulté le )
  49. (en) Zoe ZaczekDigital Reporterless than 2 min readMarch 2 et 2022 - 5:21pm, « Russian paratroopers launch fresh attack on embattled Kharkiv », sur skynews, (consulté le )
  50. (uk) « Тростянець захоплено агресором – голова ОВА », sur Інтерфакс-Україна (consulté le )
  51. (en) « First in 7 days of war Ukrainian units go on offensive advancing to Horlivka – Arestovych », sur Interfax-Ukraine (consulté le )
  52. (uk) « Російські танки зайшли у Старобільськ, їх зупиняють місцеві жителі », sur Суспільне | Новини (consulté le )
  53. (en) « Mayor in Ukraine asks his city’s residents whether they wish to fight or surrender. », sur The New York Times, (ISSN 0362-4331, consulté le )
  54. (en) « Russian troops enter strategic Ukrainian port of Kherson », sur Reuters (consulté le )
  55. (en) « Ukraine says 34 civilians killed in Kharkiv region, no water or power in Mariupol city », sur Reuters (consulté le )
  56. (uk) « На Сумщині передова група ЗСУ вийшли на рубежі по лінії державного кордону », sur Channel 24 (Ukraine) (consulté le )
  57. (en) « Russia hits communications facility in Kyiv, takes town near Kharkiv -Ifax », sur Arab News (consulté le )
  58. (uk) « СВАТОВЕ - ЦЕ УКРАЇНА: МІСЦЕВІ ЖИТЕЛІ НА ЛУГАНЩИНІ ПРОГНАЛИ РОСІЙСЬКИХ ОКУПАНТІВ (ВІДЕО) », TSN,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  59. (es) « Civiles ucranianos impidieron el avance de tanques rusos », MinutoUno.com,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  60. (bg) « Войските на ВСУ изоставят техниката: Руските сили превзеха Новоайдар ВИДЕО », Blitz,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  61. Yaroslav Trofimov et Alan Cullison, « Ukraine Resumes Evacuation Attempts as Russia Presses Offensive », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  62. (en) « Controlling the narrative: Russia tightens grip on media amid war », sur www.aljazeera.com (consulté le )
  63. « Ukraine invasion: Mariupol evacuation halted again as Russia 'regroups forces' », Sky News,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  64. (uk) Ivan Boyko, « Бої біля трьох міст: стало відомо, де на Луганщині дуже "гаряче" » [archive du ], sur Ukrainian Independent Information Agency,‎ (consulté le )
  65. a et b Alan Cullison, « Russian Airstrike Hits Maternity Hospital in Ukrainian City of Mariupol », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  66. Indo-Asian News Service, « Russian troops lose combat capacity in some areas: Ukraine », The Assam Tribune,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  67. « Russian-backed separatists capture Ukraine's Volnovakha – RIA », Reuters,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  68. Tim Lister, « Evidence indicates Volnovakha in eastern Ukraine has fallen to Russian-backed forces », CNN,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  69. Denys Karlovskyy, « Russian troops occupied 70% of the territory of Luhansk region – Head of Luhansk Oblast », Ukrayinska Pravda,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  70. Associated Press, « Heavy fighting leaves much of Volnovakha in ruins », Euronews,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  71. (uk) « На Луганщині загинув полковник ЗСУ Валерій Гудзь », Hromadske Radio,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  72. « Strike in Donbas Wounds 30, Russia Accused of Chemical Attacks », Agence France-Presse, The Moscow Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  73. Alex Stambaugh et Lizzy Yee, « Russian airstrike damages historic Ukrainian monastery », CNN,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  74. Lilia Olenuk, « Ворог через фейки провокує паніку » [archive du ], sur 0342.ua,‎ (consulté le )
  75. (ru) « Минобороны сообщило об освобождении заложников в монастыре под Мариуполем », RBC Group,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  76. Aaron Reich, Reuters, « Ukraine accuses Russia of using phosphorus bombs – ombudsman », The Jerusalem Post,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  77. (uk) « Ворог окупував Старомлинівку, Євгенівку, Павлівку та Єгорівку, – Генштаб », Channel 24,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  78. (ru) « 20 человек погибли и девять пострадали в результате удара ВСУ по Донецку »,‎
  79. « Russia claims 23 dead in missile attack on Donetsk, S Jaishankar to give statement on war in Parliament today », sur MSN,
  80. Ukraine accuses Russia of false flag missile attack which killed 20 civilians in Donetsk
  81. (uk) Katerina Tischenko, « На Донецькому напрямку ЗСУ відбили наступ: знищено до сотні окупантів », Ukrayinska Pravda,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  82. Iryna Balachuk, « Russia's shelling of hospital, residential care facility, and 3 schools in Rubizhne: 4 killed », Ukrayinska Pravda,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  83. « Russia claims 23 dead in missile attack on Donetsk, S Jaishankar to give statement on war in Parliament today », sur DNA India,
  84. (uk) « Росія заради фейку про обстріл Донецька вбила десятки людей »,‎
  85. (en-GB) « Russia confirms senior naval officer killed in Mariupol », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  86. TASS, « Глава ЛНР заявил об освобождении от украинских военных порядка 80% территории республики » (consulté le )
  87. TASS, « Российские военные взяли под контроль населенный пункт Урожайное » (consulté le )
  88. Reuters. "Russia says first phase of Ukraine operation mostly complete, focus now on Donbass". March 25, 2022. Broadcast by Yahoo Finance. [1]
  89. (en) « Shell hits military camp in Russia, most likely from Ukrainian side – Tass », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  90. « Ukraine morning briefing: Ukraine reportedly shells ammo depot in Russia as Kyiv attacked despite vow », DevonLive, (consulté le )
  91. a b c et d « Russian Offensive Campaign Assessment, April 12 », Institute for the Study of War, (consulté le )
  92. « Russian Offensive Campaign Assessment, April 1 », Institute for the Study of War, (consulté le )
  93. a b et c Mason Clark, Karolina Hird et George Barros, « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, APRIL 11 », Institute for the Study of War, (consulté le )
  94. a et b « Russian Offensive Campaign Assessment, April 10 », Institute for the Study of War, (consulté le )
  95. « Russia offers Mariupol defence a surrender window », sur BBC, (consulté le )
  96. « Russia-Ukraine war: Russian deadline for Mariupol defenders to ‘surrender or die’ passes », sur The Guardian, (consulté le )
  97. « Russia bombards cities across Ukraine », sur BBC, (consulté le )
  98. « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, APRIL 17 », Institute for the Study of Warfare, (consulté le )
  99. « Russia-Ukraine war live updates: Russia begins new offensive in Donbas region », sur NBC News, (consulté le )
  100. « Russia-Ukraine live news: Russia’s eastern offensive has begun », sur Al Jazeera, (consulté le )
  101. Evan Simko-Bednarski, « Russia begins Donbas offensive in eastern Ukraine », New York Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  102. (uk) « Битва за Донбас розпочалася, нічого українського не віддамо — Зеленський | Громадське телебачення », sur hromadske.ua (consulté le )
  103. (uk) « Росіяни взяли під контроль Кремінну, йдуть вуличні бої – Гайдай », sur Українська правда (consulté le )
  104. (uk) « Вночі ворог здійснив ракетний обстріл Краматорська », sur www.ukrinform.ua (consulté le )
  105. (en) Anatoly Stepanov for AFP, « New ‘Phase’ of Ukraine War as Russia Attacks East », sur The Moscow Times, (consulté le )
  106. « Volodymyr Zelensky confirme que l'offensive russe dans l'est de l'Ukraine a commencé », sur BFMTV (consulté le )
  107. (uk) « Голова Луганської ОВА: Часу на роздуми нема – виїжджайте, бо уб'ють », sur Українська правда (consulté le )
  108. (uk) « «Люди гибнут даже в укрытиях» – глава военной администрации Попасной », sur Радіо Свобода (consulté le )
  109. (en) « Institute for the Study of War », sur Institute for the Study of War (consulté le )
  110. « Kadyrov_95 », sur Telegram (consulté le )
  111. https://www.bbc.com/news/world-europe-61610831
  112. https://www.euractiv.com/section/global-europe/news/pro-russian-separatists-claim-control-of-lyman-in-east-ukraine/
  113. « EN DIRECT - Ukraine: le centre de Severodonetsk abandonné aux Russes, Macron attendu en Roumanie », sur BFMTV (consulté le )
  114. « Russia has captured Donbas frontline village Toshkivka: Ukraine - Times of India », The Times of India
  115. https://www.understandingwar.org/backgrounder/russian-offensive-campaign-assessment-june-25
  116. https://www.understandingwar.org/backgrounder/russian-offensive-campaign-assessment-june-24
  117. https://www.understandingwar.org/backgrounder/russian-offensive-campaign-assessment-june-23
  118. https://www.understandingwar.org/backgrounder/russian-offensive-campaign-assessment-june-22
  119. https://mind.ua/en/news/20243435-the-russians-captured-ustynivka-near-severodonetsk-general-staff-of-the-armed-forces
  120. « Guerre en Ukraine : Sievierodonetsk est "entièrement occupée" par l'armée russe, affirme son maire », sur Franceinfo, (consulté le )